Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2012

L’Action catholique, cheval de Troie du modernisme

(Adrien Loubier, Editions Sainte Jeanne d’Arc)
 

I-Moyenne-5513-l-action-catholique-cheval-de-troie-du-modernisme.net.jpg

Pour régénérer une société déchristianisée, les laïcs ont, dans l’ordre temporel, un devoir d’action. Cette action temporelle des laïcs à la lumière de l’enseignement de l’Eglise, est l’action catholique ou « l’action des catholiques » (Saint Pie X).

 

Depuis la révolution de 1789, plusieurs tentatives d’action des catholiques ont vues le jour en France.

 

Le Sillon, mouvement démocrate-chrétien de Marc Sangnier est condamné en 1910 par Saint Pie X (Lettre sur le Sillon). Cette condamnation fait suite à la condamnation doctrinale du modernisme dans l’encyclique Pascendi (1907).

 

En 1926, Pie XI condamne l’Action française qui comptait dans son entourage de nombreux catholiques intransigeants à l’égard du modernisme.

 

Dans les années suivantes, les mouvements d’action catholiques vont profiter du vide créé pour se développer.

 

Ces nouveaux mouvements font cependant appel à des structures plus anciennes. Les bulletins de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et de la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC), sont en effet imprimés sur les presses du Sillon, dont les anciens membres étaient restés discrets depuis la condamnation de leur mouvement.

 

On remarque aussi la présence de nombreux clercs aux idées avancées dans la hiérarchie de ces mouvements, bravant l’interdit de Saint pie X (Il fermo proposito).

 

La condamnation de l’Action française leur ayant laissé le champ libre, ils revenaient distiller leurs idées sous le couvert des différents mouvements d’action catholique, ce qui fera dévier de leur but ces structures d’action temporelle.

 

Ces mouvements permettront ainsi aux modernistes de réaliser leur travail de sape  pour aboutir à partir des années soixante, au triomphe du modernisme dans l’Eglise.

 

Par ailleurs, Adrien Loubier en profite pour étudier ce qui est à l’origine de la faiblesse de l’ « œuvre charnière » entreprise par la Cité catholique de Jean Ousset.

 

 

 

 

 

Jean de Saint-Herbot


Disponible à la SA D.P.F.