Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

Sarkozy, Israël et les Juifs

(Paul-Eric Blanrue)

 

Le dernier ouvrage de Paul-Eric Blanrue, « Sarkozy, Israël et les Juifs » publié par un éditeur belge et non diffusé en France par ce même éditeur, est victime de l’omerta habituellement pratiquée contre les livres dérangeants. Pourtant, ce livre ne tombe ni sous le coup de la loi française, ni sur une quelconque incitation à la haine raciale ni même sur le moindre sentiment antisémite. Autant dire, alors, que ce livre n’a qu’un seul tort : celui de révéler les collusions politiques suspectes que Nicolas Sarkozy entretient avec l’Etat israélien.

 

Extrait du chapitre « Sarkozy l’Israélien » : les relations tissées avec Israël apparurent tellement positives à Nicolas Sarkozy qu’en décembre 2005 il fit appel, en France, aux services d’ordre de l’Etat Juif. Désirant profiter de leur « expérience » en matière de « maintien de l’ordre » (ces services sont, je le note au passage, un élément actif de la répression des Palestiniens), il invita à Paris les chefs de la police israélienne, Gideon Ezra et Moshe Karadi.

 

Le quotidien Haaretz, qui fournit l’information, ajoutait que les deux chefs policiers (l’un, ministre de la Sécurité Publique, l’autre, Haut Commissaire de la Police) restèrent quatre jours dans notre pays. Ils eurent des entretiens avec Sarkozy et ses collaborateurs et passèrent en revue des unités de CRS et de gendarmes mobiles. « On s’attend à ce qu’Ezra et Karadi apportent à leurs homologues français la leçon qu’ils tirent de la répression des émeutes dans leur propre pays, dont les événements d’octobre 2000 ». « Il se dit que la patrie française est vivement intéressée par le savoir-faire israélien en la matière », ajoutait le quotidien israélien. Des thèmes de coopération plus approfondie entre les services de police des deux pays furent également abordés, sans qu’on en sût davantage.

 

Les banlieues françaises et leurs problèmes de sécurité étaient-elles comparables, dans l’esprit du ministre, aux « territoires occupés » ? Nicolas Sarkozy ne le déclara pas aussi franchement. On ne pouvait néanmoins s’empêcher d’y voir un signe.

 

(article paru dans Le National Radical, n°14)

 

 

A commander à : SA DPF, B.P.1, 86190 Chiré en Montreuil