Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2012

François-Joseph

(Jean-Paul Bled, Editions Perrin)


images.jpegNé en 1830, François-Joseph devient empereur d’Autriche après la révolution de 1848 et l’abdication de son oncle Ferdinand Ier.

 

François-Joseph réussira le tour de force de rétablir en moins de trois ans la plénitude du pouvoir impérial, totalement affaibli et vidé de sa substance par la révolution.

 

La suite ne sera cependant pas aussi glorieuse, et François-Joseph devra, au fil des années, abandonner peu à peu tout ce qu’il avait réussi à rétablir dans les premières années de son règne.

 

Par ailleurs, la vie de l’empereur sera marquée par un certain nombre de morts violentes dans son entourage. Son frère Ferdinand-Maximilien, tout d’abord, qui devenu empereur du Mexique en 1863, finira exécuté en 1867.

 

Le 30 janvier 1889, c’est au tour de son fils Rodolphe, qui meurt dans des circonstances mystérieuses dans le pavillon de chasse de Mayerling.

 

Le 10 septembre 1898, l’impératrice Elisabeth (Sissi), quelque peu fantasque et instable, meurt assassinée à Genève par un italien, Luigi Lucheni.

 

La série macabre se termine en 1914 par l’assassinat à Sarajevo de François-Ferdinand, neveu de François-Joseph et héritier du trône d’Autriche, ce qui déclenchera la première guerre mondiale …

 

François-Joseph reste néanmoins le dernier grand monarque catholique européen, qui malgré tout ce qu’il dût abandonner, garda toujours le sens de son devoir, jusqu'à sa mort en 1916.

 

L’empire d’Autriche s’effondrera le 12 novembre 1918, jour de la proclamation de la république en Autriche.


Jean de Saint-Herbot


Disponible à la SA DPF