Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2013

Légitimisme et Papauté

(Adrien Loubier, Editions Sainte Jeanne d’Arc)

 

images.jpegDe la consigne : « Entrons dans la République, pour combattre les mauvaises lois », on en est arrivé à celle-ci, qui est aux antipodes : « Admettons les mauvaises lois, pour entrer dans la République » ! (Robert Havard de La Montagne)

 

 

 

Le Comte Paul de Pradel de Lamase, journaliste légitimiste de la seconde moitié du XIX ème siècle va peu à peu, sombrer de désillusions en désillusions, pour finalement abandonner la cause légitimiste au profit de la politique du Ralliement.

 

Cette curieuse évolution, qui se généralisera dans les milieux catholiques légitimistes de l’époque aboutira à l’une des plus désastreuses erreurs politiques, en venant en quelque sorte légitimer la République maçonnique en place.

 

Les conséquences du Ralliement avaient cependant été entrevues par Charles Maurras, ce que nous démontre Adrien Loubier à travers l’analyse de ses contes philosophiques réunis dans le Chemin de Paradis en 1894.

 

Charles Maurras avait en effet compris à quelles aberrations menait le Ralliement, et décrivit ses conséquences ultimes sous une forme allégorique.

 

Cette double analyse nous permet de mieux comprendre comment tant de royalistes ont pu s’engouffrer dans le sillon de ce funeste Ralliement, alors qu’un jeune journaliste de vingt-cinq ans avait compris l’impasse de cette politique désastreuse et tentait d’en avertir ses contemporains.

 


 

Jean de Saint-Herbot

 

Disponible aux   Editions Sainte Jeanne d’Arc, Les Guillots, 18260 VILLEGENON

 

07/10/2012

L’Action catholique, cheval de Troie du modernisme

(Adrien Loubier, Editions Sainte Jeanne d’Arc)
 

I-Moyenne-5513-l-action-catholique-cheval-de-troie-du-modernisme.net.jpg

Pour régénérer une société déchristianisée, les laïcs ont, dans l’ordre temporel, un devoir d’action. Cette action temporelle des laïcs à la lumière de l’enseignement de l’Eglise, est l’action catholique ou « l’action des catholiques » (Saint Pie X).

 

Depuis la révolution de 1789, plusieurs tentatives d’action des catholiques ont vues le jour en France.

 

Le Sillon, mouvement démocrate-chrétien de Marc Sangnier est condamné en 1910 par Saint Pie X (Lettre sur le Sillon). Cette condamnation fait suite à la condamnation doctrinale du modernisme dans l’encyclique Pascendi (1907).

 

En 1926, Pie XI condamne l’Action française qui comptait dans son entourage de nombreux catholiques intransigeants à l’égard du modernisme.

 

Dans les années suivantes, les mouvements d’action catholiques vont profiter du vide créé pour se développer.

 

Ces nouveaux mouvements font cependant appel à des structures plus anciennes. Les bulletins de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et de la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC), sont en effet imprimés sur les presses du Sillon, dont les anciens membres étaient restés discrets depuis la condamnation de leur mouvement.

 

On remarque aussi la présence de nombreux clercs aux idées avancées dans la hiérarchie de ces mouvements, bravant l’interdit de Saint pie X (Il fermo proposito).

 

La condamnation de l’Action française leur ayant laissé le champ libre, ils revenaient distiller leurs idées sous le couvert des différents mouvements d’action catholique, ce qui fera dévier de leur but ces structures d’action temporelle.

 

Ces mouvements permettront ainsi aux modernistes de réaliser leur travail de sape  pour aboutir à partir des années soixante, au triomphe du modernisme dans l’Eglise.

 

Par ailleurs, Adrien Loubier en profite pour étudier ce qui est à l’origine de la faiblesse de l’ « œuvre charnière » entreprise par la Cité catholique de Jean Ousset.

 

 

 

 

 

Jean de Saint-Herbot


Disponible à la SA D.P.F.

 

02/12/2011

Le Clubisme et les clubs


(Adrien Loubier,  Editions Tradiffusion)



Cet ouvrage présente pour la première fois, une étude méthodique du phénomène social du Clubisme et des Clubs. Leur raison d'etre, leur physiologie ; leur développement depuis le début du siècle ; le type d'idéologie qu'ils propagent ; leur fonctionnement sociologique et leur influence sur les hommes ; enfin le rôle qu'ils jouent dans le plan d'ensemble de la révolution.
Ce travail n'a aucun équivalent connu, et répond à la plupart des questions que se posent nos contemporains sur les multiples clubs qui se propagent partout, tel que Rotary, Lyons, Kiwanis, Club 41, etc, etc...

(Editions Tradiffusion, diffusé par les Editions Sainte Jeanne d'Arc, "Les Guillots" 18260 Villegenon)

01/12/2011

De l'illusion démocratique au réalisme social

(Adrien Loubier, Editions Sainte-Jeanne d’Arc)


Plusieurs siècles sont parfois nécessaires pour que l’illusion d’un sophisme fasse son chemin parmi les esprits faux, et finisse par produire une théorie que des hommes pervers s’efforcent de mettre en pratique. C’est ainsi que nous découvrons, chez un théologien du XVIe siècle, les illusions d’une “démocratie hypothétique”, qui firent surface avec Rousseau au XVIIIe siècle, et qui bouleversent le monde depuis.

Cette théorie méritait d’être connue, ainsi que l’auteur de l’essai la décrit de façon critique.
Face à ces erreurs de l’intellectualisme, on trouvera ici un rappel des fondements de la cité : d’abord la famille, que les États “modernes” s’appliquent à détruire, sans laquelle les tours de Babel de la démocratie universelle ne sont que des châteaux de cartes qui s’écroulent les unes sur les autres ; ensuite le réalisme social, sur lequel peuvent se construire des sociétés viables et durables, telles que les figurent encore nos vieux villages de la France profonde.


Gédéon

(La Gazette Royale, n°116, juillet 2008)

 

Disponible aux Editions Sainte-Jeanne d’Arc, Les Guillots, 18260 Villegenon