Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2011

La Cabale

 

Article basé sur l'ouvrage de l'Abbé Meinvielle, De la Cabale au progressisme, Editions Saint Remi

 

G2-84519-006-9.jpg

"Ce mot, étymologiquement signifie réception et, dans un sens plus large, tradition. Ce terme fut utilisé primitivement pour désigner l'enseignement oral par opposition à la loi écrite.

[...] Fondée sur le texte biblique, la cabale fut hiérarchisée comme une interprétation légitime de la Torah. Peu à peu, l'interprétation en tant que telle prit le pas sur son ancrage scripturaire." (Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 8.)

"Au tout début, il n'y a pas deux traditions, mais une seule, car seul existe DIEU et le bien qui procède de ses mains bienfaisantes. La tradition perverse et cabalistique tire son origine de la bonne tradition (la "tradition orale judéo-catholique", ibid., p. 20), pervertie par la malice de l'homme, lequel à son tour se laisse séduire et aliéner par le diable. La grande tentation gnostique du vous serez comme des dieux s'isntalle dans le genre humain et le perd.

"Le noyau essentiel des vérités qui vient de DIEU tourne autour du mystère immuable de l'Unité et Trinité de DIEU. [...] La mauvaise cabale, quant à elle, se fonde sur le pur changement, qui reçoit les noms d'évolutionnisme, historicisme, dialecticisme ou progressisme. Le changement ne se trouverait pas dans la Créature, mais dans le Créateur. Dieu se ferait avec l'univers et avec l'homme. Dieu ne serait pas l' Esse Subsistens, dans la contemplation duquel les élus doivent trouver leur béatitude pour l'éternité, il serait une incessante production, un devenir, une praxis, que la créature doit s'appliquer à fabriquer" (Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 15.)

 

LA TRADITION PERVERSE ET CABALISTIQUE

"La cabale est une invention juive née de la corruption par les mystères païens de la révélation donnée par Dieu au peuple juif. C'est la tradition divine pervertie par l'homme.

"A peine le christianisme est-il apparu que les Juifs s'efforcent de le détruire. Le détruire de l'extérieur en persécutant le Christ et les chrétiens, le détruire de l'intérieur en le corrompant par la cabale. C'est une seconde destruction qui produit le phénomène du gnosticisme chrétien."

[...]

"Pourquoi les Juifs, eux précisément, veulent-ils détruire le christianisme?"

"Parce que les Juifs sont les ennemis naturels du christianisme. De même qu'ils ont détruit le message mosaïque de la révélation divine, ils vont tenter de détruire le christianisme. Le grand péché des Juifs a été d'englober dans les traditions des hommes le message évangélique. Jésus le leur lançait à la figure: "Laissant de côté le précepte de Dieu, vous vous accrochez à la tradition humaine." Et il leur disait: "En vérité, vous annulez le précepte de Dieu pour établir votre tradition." (Matth., XV, 6.)

"La tradition des Juifs englobait aussi un règne messianique terrestre et humain à la place du règne de DIEU et de l'Eglise sur les peuples.

  • Un règne terrestre dirigé par les Juifs.
  • Un règne terrestre de pouvoir,
  • pouvoir de l'argent,
  • pouvoir politique,
  • pouvoir religieux sur les âmes des hommes.
  • Pouvoir totalitaire du même ordre et de la même dimension que le pouvoir du démon sur les peuples. Le pouvoir des trois tentations, pouvoir des plaisirs, pouvoir de l'orgueil, pouvoir de la possession des biens."

(Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 111-112.)

Origine juive du gnosticisme chrétien

"Mais pour détruire le christianisme, il fallait le vider de l'intérieur tout en laissant entière son apparence extérieure. C'est là le travail des gnostiques.

"La gnose est une tentative de judaïsation ou de cabalisation du christianisme. La filiation juive hétérodoxe des gnoses chrétiennes a été bien affirmée à l'époque moderne. "Cette filiation nous est attestée par de nombreux documents qui font de l'hétérodoxie juive le milieu originel du gnosticisme chrétien." Le témoignage le plus ancien est celui d'Hégésippe que nous rapporte Eusèbe (Histoire ecclésiastique, IV, 22, 4, 7.), et il doit une partie de son exceptionnel intérêt au témoignage d'Eusèbe lui-même: Hégésippe "est venu à la foi à partir du judaïsme" (IV, 22, 18.). Il connaît la tradition juive non écrite. Par ailleurs, il dispose de sources précieuses concernant l'Eglise de Jérusalem. C'est de lui que nous tenons certains détails sur saint Jacques et une liste des successeurs de celui-ci à la tête de l'Eglise judéo-chrétienne (IV, 22, 4.) Aucun témoin n'est plus qualifié en ce qui concerne le judéo-christianisme palestinien.

Les principaux gnostiques

"Or Hégésippe écrit que sous l'épiscopat de Siméon, successeur de saint Jacques, l'Eglise "n'était pas encore corrompue par des idées creuses. Le premier à les introduire fut Thébutis, parce qu'on ne l'avait pas fait évêque. Il venait lui-même d'un milieu où pullulaient sept hérésies existant dans le peuple (juif). De ce milieu sont également issus

L'auteur affirme que d'une part Thébutis, d'autre part Simon et autres, viennent de sept sectes juives. Or il se trouve heureusement qu'Eusèbe nous a conservé un autre fragment d'Hégésippe qui énumère les sept sectes juives: "Il y avait différentes opinions sur la crconcision parmi les fils d'Israël contre la tribu de Juda et contre le Christ. Les voici: esséniens, galiléens, hémérobaptistes, masbotéens, samaritains, saduccéens, pharisiens." (IV, 22, 7.)

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 112.)

CONTENU DES DEUX CABALES

a) Existence d'un DIEU personnel, intelligent et libre, transcendant du monde. a)' L'immanence de Dieu au coeur de l'homme et du monde; athéisme ou panthéisme qui divinise le monde, la créature; confond la créature avec Dieu le Créateur; fait du monde une apparence de divinité...

b) Dieu, cause efficiente de l'homme et du monde dont il tire du néant la réalité. b)' Le monde et l'homme faits de la substance de la divinité...

c) Dieu destine l'homme à la divinisation en lui donnant par grâce sanctifiante un destin qui dépasse toujours les exigences de son être. c)' L'homme est divinisé dans sa nature. L'homme est Dieu. La mesure et la règle de toute chose, de toute vérité...

d) L'homme, ayant perdu sa divinisation primitive (péché originel), peut la recouvrer en adhérant à JESUS-CHRIST, Dieu fait homme, qui, en vertu de sa passion et de sa mort, lui rend cette divinisation. d)' l'homme tire sa divinisation de soi-même, mais JESUS-CHRIST peut lui indiquer le chemin par là où la tirer de soi-même... L'homme est de soi, un gnostique; JESUS-CHRIST, premier gnostique, est un paradigme de la divinisation de l'homme.

e) JESUS-CHRIST a institué en l'Eglise, son corps mystique, un moyen de salut pour l'homme qui, par soi-même et de soi-même, vient en état de créature et de péché. L'homme de soi, va au péché et à la ruine. e)' L'homme se sauve par soi-même et en soi en s'en remettant à l'autonomie et à la liberté de sa réalité intérieure, qui est divine. Il n'a pas besoin de l'Eglise... Du moins d'une Eglise opposée au monde...

f) Il existe nécessairement, en vertu de l'ordre établi par Dieu, deux réalités, l'une qui ne sauve pas l'homme et l'autre qui le sauve. L'homme a dans la conjoncture actuelle deux dimensions, l'une profane et naturelle, l'autre sacramentelle et surnaturelle. f)' L'Eglise n'étant pas nécessaire au salut de l'homme, il n'existe pas d'autre réalité ni d'autre dimension que celle purement humaine et celle du monde.

g) L'Eglise existe comme isntitution hors et au-dessus du monde, en vertu des mérites de JESUS-CHRIST, ainsi qu'il est nécessaire pour sauver le monde. g)' Il n'existe pas de société transcendante à l'homme lui-même et au monde.

"[...) Quiconque nie l'Eglise doit nier le Christ et par là même nier Dieu. Ce qui [...] apparaît dans la dynamique des siècles, qui opère et réalise progressivement la logique de la cité du mal (voir les deux cités, Saint Augustin.) C'est ce qui se passe à la "Réforme" qui en niant l'Eglise a préparé et ouvert la voie à la négation du Christ et de Dieu ainsi qu'au processus actuel de sécularisation (voir laïcisme.)

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 34-35.)

LA CABALE DANS L'EGLISE OU LE PROGRESSISME CHRETIEN (Abbé Julio Meinvielle)

"Ce serait une erreur, croyons-nous, que de prendre le progressisme chrétien pour l'effet d'une influence directe de la cabale. En ce qui cocnerne du moins le commun des théologiens touchés par le mouvement qui prétend changer l'Eglise, l'Eglise traditionnelle, celle de toujours, en une Eglise nouvelle actuellement en gestation, nous pensons que l'influence est indirectte, bien que que réelle et effective, et qu'elle passe par la culture moderne qu'ont totalement envahie des influences gnostiques et cabalistiques.

Ces influences ne se réalisent pas non plus d'une façon générale et totale; ce sont des influences partielles sur chacun des éléments doctrinaux et sur les faits - liturgiques, sociaux, de vie spirituelle et temporelle et de gouvernement - pris séparément. Si les choses continuent à suivre leur cour actuel, le changement qui se produit ainsi finira par prendre un rythme d'ensemble dévastateur, de caractère universel, qui modifiera substantiellement toute la doctrine et la vie de l'Eglise catholique.

Nous allons étudier chacun de ces changements pour arriver à la conclusion que, dans l'Eglise catholique romaine, se trouve en mouvement et en gestation une nouvelle religion, substantiellement différente de celle qu'a laissée le Christ, et qui prend les caractères d'une gnose païenne parfaitement configurée'.

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 257.)

Relativisme dans la Révélation et dans la théologie

"On connaît l'enseignement de l'Eglise sur l'immutabilité des dogmes révélés. Le premier concile du Vatican (Vatican I), dans la "Constitution sur la foi catholique", l'établit clairement. Il dit: "Car la doctrine que DIEU a révélée n'est pas proposée à l'ingéniosité des hommes pour être perfectionnée comme une invention philosophique, mais a été confiée à l'Epouse du Christ comme un dépôt divin qui doit être fidèlement gardé et infailliblement déclaré. Le sens qu'on doit cosnerver aux dogmes sacrés est donc celui que notre Sainte Mère l'Eglise a une fois déclaré et l'on ne doit jamais s'écarter de ce sens sous le prétexte et au nom d'une plus haute intelligence. Que donc croisse et augmente dans une alrge mesure l'intelligence, la science, la sagesse de chacun et de tous, qu'ils 'agisse d'un seul homme ou de toute l'Eglise, mais dans son propre genre, dans le même dogme, avec le même sens et dans le même précepte." (Denz., éd. 31, Herder, Fribourg, n° 1800.)

C'est une autre doctrine qu'enseigne Karl Rahner dans une conférence de l'Association "Paulus" à la Faculté de Théologie de Saint-Cuget del Vallès en mai 1966 (selecciones de teologica, Barcelone, n° 22, p. 148.), où il défend l'historicité de la Révélation et de la théologie. [...]"

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 257-261.)

On remet en question le caractère historique de l'Ecriture

La Bible est un mythe

Cette proposition a été condamnée en 1864 par Pie IX, dans le Syllabus: "VII. Les prophéties et les miracles racontés dans les saintes Écritures sont des fictions poétiques, et les mystères de la foi chrétienne sont le résumé d'investigations philosophiques ; dans les livres des deux Testaments sont contenues des inventions mythiques, et Jésus-Christ lui-même est un mythe" (proposition condamnée n° VII.)

Or, "[...] on sait que les tendances qui dominent aujourd'hui dans l'interprétation des Livres Saints sont toutes, de près ou de loin, dans l'orbite des exégètes protestants, en particulier de Bultmann qui - c'est de notoriété publique - s'active à "démythifier" les livres sacrés de l'Ancien et du Nouveau Testament. [...] Il est évident qu'en touchant à l'évènement historique et suprahistorique que résume le nom du Christ crucifié et ressuscité, l'on touche aussi à la foi chrétienne dans sa totalité. Si nous croyons à la résurrection du Christ, ce n'est pas parce que telle était la foi de la première communauté chrétienne, mais parce que cet évènement s'est produit réellement et historiquement.

La Résurrection à la vie du Christ signifie, en la démythifiant, "parvenir à l'authenticité de l'existence"

[...] D'après Bultmann, "résurrection à la vie" signifie, en la démythifiant, parvenir à l'authenticité de l'existence. En réalité, le salut ne s'est pas produit (alors et là) mais se produit toujours, quand par la parole de la prédication j'atteins le but de mon existence. C'est pourquoi, selon Bultmann, la démythification n'est pas un procédé éliminatoire ou soustractif, mais un processus herméneutique ou interprétatif par lequel, en interprétant le mythe, je parviens à la véritable compréhension de moi-même devant Dieu.

[...] La démythification que vise Bultmann se présente comme une tentative de vider le Nouveau Testament de la vérité chrétienne qui se fonde sur le fait historique de la Résurrection du Seigneur, et de le revêtir d'un mythe gnostique. Le Nouveau Testament, privé de vérité historique, renfermerait une signification gnostique. [...] La fameuse démythification serait une mythification gnostique. [...] Par le processus herméneutique, l'homme découvre son appartenance au monde et se trouve lui-même dans son authenticité. L'homme se sauve par lui-même et le Christ n'est qu'un paradigme de ce processus de salut.

Bultmann, par sa démythification du Nouveau Testament, renouvelle la transformation en cabale de l'Ancien Testament, spécialement de la Genèse, que réalisèrent les anciens cabalistes (voir gnostiques.)

(Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 261.) (Source: Abbé Julio Meinvielle, De la Cabale au Progressisme, Editions Saint-Rémi, 1970, p. 257.)

(Publié sur Christ-Roi)

Ouvrage disponible aux Editions Saint Remi

06/11/2011

Harry Potter et « L’Ordre des Ténèbres »

(Mona Mickaël, Editions Saint-Rémi)

 

G2-84519-707-1.jpgEn 1997, parait le premier tome d’une série de sept dont le thème principal est la sorcellerie.

Dix ans plus tard, la seule lecture de l’année de soixante-dix pour cent des étudiants en cinquième année de droit, était le dernier « Harry Potter » sorti à l’époque.

On reste ainsi confondu devant l’ampleur de ce phénomène.

Comment une sombre histoire de lutte entre « bons » et « mauvais » sorciers va ainsi réussir à captiver une jeunesse déboussolée et sans repère moral ou religieux.

Pour comprendre pleinement le caractère extrêmement dangereux de cet engouement pour une histoire aussi noire, il est nécessaire d’étudier en détail le sens et le symbolisme qui sous-tend cette « saga pour enfants ».

Après avoir analysé les différents tomes d’ « Harry Potter », en version originale et en version française, pendant plusieurs années, Mona Mickaël nous livre ici le fruit de son travail : Loin d’être un innocent divertissement, cette saga constitue une véritable initiation à l’occultisme.

On demeure effaré à la lecture des témoignages de lecteurs d’ « Harry Potter », ainsi que par le fond maléfique de cette série.

La démonstration de Mona Mickaël est implacable, étayée par une documentation irréfutable, et ne laisse pas les lecteurs indécis par rapport à l’attitude à adopter face à ces « manuels » d’initiation à l’occultisme.

Un livre qui devrait être lu par tous les parents désireux de préserver l’intégrité morale de leurs enfants.

Il existe aussi, pour les gens pressés, une version abrégée qui permet d’apprendre l’essentiel pour sauvegarder la société chrétienne contre cette lèpre morale.


Jean de Saint-Herbot


Disponible aux Editions Saint-Rémi

08/09/2011

Le Complot mondialiste

(Jacques PLoncard d'Assac, Editions SPP)

 

Livre_Complot_mondialiste.jpg

Basé sur de nombreux documents civils et militaires américains indiscutables, ce livre dévoile les moyens utilisés, dont le 11 septembre 2001 et le krach financier voulu, de 2008, pour imposer la "gouvernance mondiale", l'utopique République Universelle messianique", chère à Nicolas Sarkozy.

A voir: Entretien de Philippe Ploncard d'Assac avec Franck Abed:

http://www.dailymotion.com/video/xisfna_le-complot-mondia...

 

 

 

 

Pour commander le livre "LE COMPLOT MONDIALISTE" de Monsieur Philippe Ploncard d'Assac, envoyer : 18 euros franco à:

Société de Philosophie Politique
BP 30030 - 83952 TOULON CEDEX

www.nationalisme-francais.com
rubrique "Bibliothèque"

30/08/2011

Connaissance élémentaire de la Franc-maçonnerie

 

(Arnaud de Lassus, AFS)

 

9782911243356.jpgCe petit ouvrage d’Arnaud de Lassus constitue une synthèse de ce qu’il est indispensable de savoir sur la Franc-maçonnerie.

Le langage est clair et simple, les chapitres sont courts et précis, ce qui rend la lecture de ce livre abordable pour toute personne n’ayant aucune connaissance sur le sujet.

Cet ouvrage est idéal pour faire réfléchir et démontrer la nocivité intrinsèque de la Franc-maçonnerie et des sectes paramaçonniques.

A diffuser largement parmi tout public !

 

 

 

Jean de Saint-Herbot

 

Disponible à l'AFS

22/07/2011

2000 ans de Complot contre l’Eglise

 

(Maurice Pinay, Editions Saint-Rémi)

 

juifs, judaisme, franc-maçonnerie, complotCet ouvrage a été écrit en 1962 pour être distribué aux Pères conciliaires, afin de les mettre en garde contre les pires ennemis de l’Eglise catholique.

Maurice Pinay retrace ici le combat mené depuis les débuts du Christianisme par la secte perfide contre la Vraie Religion.

Ainsi, des hérésies gnostiques au Communisme, en passant par la Franc-maçonnerie, nous voyons en action la secte aux mille visages qui exhale sans répit sa haine satanique du Christ et de son Eglise.

La force principale de cette secte réside dans sa manière de se dissimuler derrière chaque hérésie, ainsi, que dans sa formidable ténacité à travers les siècles.

On reste ainsi abasourdi par son habileté pour trouver des soutiens au sein même de la Chrétienté, et auprès de ceux qui devraient être les plus fervents défenseurs de l’Eglise.

Un livre bouleversant qui nous permet de mieux comprendre qui sont les ennemis les plus acharnés contre l’Eglise, et pourquoi nous ne devrons jamais pactiser avec eux.

 

Disponible aux Editions Saint Rémi

20/07/2011

Voltaire méconnu

 

(Xavier Martin, Editions DMM)

 

images.jpgDans cet ouvrage, Xavier Martin, poursuivant son analyse rigoureuse de l’étrange philosophie des « Lumières », s’attache plus particulièrement à tracer le vrai visage de François Marie Arouet dit Voltaire.

On découvre ainsi, que Voltaire, loin d’être un parangon de la tolérance, n’avait que haine et mépris pour le reste de l’humanité.

Haine des écrivains dont le talent pourrai le faire passer, lui Voltaire, au second plan ; haine allant jusqu'à faire emprisonner, ruiner et même, si cela était possible, tuer !

Haine de l’Eglise, haine des Français, aussi bien que des étrangers ; en un mot, haine intégrale, haine de tout ce qui respire, de l’ordre établi.

Mépris des non-philosophes « nous n’avons de compatriotes que les philosophes, le reste n’existe pas » (page 17).

Mépris de la Vérité, de la morale et de la vertu, mépris du genre humain, mépris illimité.

Haine et mépris, voila en résumé toute la hauteur de pensée de ce prétendu philosophe que l’on donne en exemple dans les cours de l’éducation dite nationale. Piètre réalité !

 Jean de Saint-Herbot

 

Disponible aux Editions DMM

19/06/2011

La Maçonnerie

(Philippe Ploncard d'Assac, Editions SPP)

Livre_La_Maconnerie.jpgFranck Abed nous propose, un entretien de qualité, réalisé cette fois-ci avec Philippe Ploncard d'Assac, au sujet de son ouvrage de combat politique et intellectuel retraçant parfaitement l'histoire de la franc-maçonnerie. Véritable dictionnaire détaillant les différentes loges, les rites, cet ouvrage est argumenté par de nombreuses références variées aux sources très diverses.

Ce livre s'adresse principalement à tous ceux qui rentrent en maçonnerie, sans savoir de quoi il s'agit réellement, puisque le principe de la maçonnerie est de ne divulguer le secret maçonnique, telle une promesse de carotte qui fait avancer l'âne, uniquement par étape, leur faisant ainsi croire que ce n'est qu'en franchissant l'étape suivante, qu'il pourront en connaître d'avantage, et ainsi d'étape en étape, de degré en degré, ils arriveront à la connaissance parfaite de la "Vérité" maçonnique. Et c'est ainsi, qu'ils se font promener tout au cours de leur existence, par ceux qui sont en place, à des hauts degrés de la maçonnerie, faisant faire aux initiés tout ce qu'ils veulent. Toute la tactique de la maçonnerie se résume ainsi : présenter une face acceptable, et l'autre, la seconde, la réelle n'est réservée qu' « aux princes de la maçonnerie ».

Philippe Ploncard d'Assac a réuni des textes, les expose et laisse le soin aux lecteur d'en tirer sa propre conclusion. Il n'a à ce jour, jamais été attaqué en diffamation.

Les thèmes abordés dans cet entretien sont :

Des origines de la maçonnerie.

Du mondialisme : mise en place d'une gouvernance mondiale.

De la tactique maçonnique : s'attaquer aux sphères dirigeantes en dévoyant les élites, et séduire ses interlocuteurs en ne montrant qu'une face présentable, qui ne serait motivée officiellement, que par des actions généreuses : oeuvres caritatives.

De la technique maçonnique répétitive, peut être résumée en trois points : Infiltration. Neutralisation. Déviation.

De la « Révolution française » qui na rien d'une révolte populaire, ayant été totalement fabriquée et pas plus « française », puisque financée et organisée par des étrangers. En abolissant les corporations et en interdisant au monde du travail de se regrouper pour défendre les intérêts de ceux qui travaillent, la Révolution était anti-populaire et pro capitalisme financier. Afin de laisser prospérer les hommes politiques du capitalisme naissant, celle-ci a livré le peuple de France au Capital Apatride, c’est encore une fois, la maçonnerie au double visage : soit-disant française et populaire, alors qu’elle était ploutocratique et contre les peuples.

Des illuminés de Bavière de Adam Weishaupt,

D'Augustin Barruel prêtre jésuite, et essayiste polémiste catholique français.

De l'infiltration dans le milieu catholique.

Des idiots utiles.

Du manque de liberté au sein de la franc-maçonnerie, qui pourtant s'appuie sur la devise :  liberté, égalité, fraternité. « Tout profane qui se fait recevoir maçon cesse de s'appartenir, il n'est plus à lui, mais il appartient à un ordre, qui est répandu sur la surface du globe. »

Du B'nai Brith, puissante organisation maçonnique réservée aux seuls juifs.

D'Albert Pike, qui dirigea pendant trente-deux ans l'une des plus importantes composantes de la franc-maçonnerie des États-Unis: Il a écrit : « une partie des symboles est divulguée à l'initié et ce dernier est intentionnellement induit en erreur. On ne veut pas qu'il comprenne, leur vraie explication est réservée aux princes de la maçonnerie ».

Du Succès de la maçonnerie : mainmise sur l'Éducation afin de désinformer.

Du communisme : des techniques d'infiltration par la franc-maçonnerie.

De la neutralisation de l'église. Vatican II.

Des « Compagnons de route ».


Du combat politique. Du sens du devoir. De l'engagement politique des jeunes.

De l'importance de la formation intellectuelle.

Du Front National et de Radio J.

Du mondialisme.

Des révoltes arabes.


« On ne restaure pas un pays avec les principes qui le détruisent ».

« Si l'homme est libre de choisir ses idées il n'est pas libre d'échapper à leurs conséquences » Bossuet

(Source: Le Post)


partie 1 : http://www.dailymotion.com/video/xi9res_la-maconnerie-par-ploncard-d-assac-1-4_news

partie 2 : http://www.dailymotion.com/video/xi9res_la-maconnerie-par...

partie 3 : http://www.dailymotion.com/video/xi9os9_la-maconnerie-par...

partie 4 : http://www.dailymotion.com/video/xi9os9_la-maconnerie-par...

 

Ouvrage disponible à la SPP:

Société de philosophie politique
BP 30030
83952 La Garde Cedex

16/12/2010

Des pions sur l’échiquier

(W.G. Carr, Editions Saint-Rémi)

 

G2-84519-119-7.jpgCet ouvrage écrit par un ancien membre des services de renseignements britanniques, met en évidence la conspiration ourdie par les grands banquiers cosmopolites et les Illuminés de Bavière, pour détruire toutes les nations existantes, en vue de l’instauration d’un Gouvernement Mondial.

On y voit que les conspirateurs ne reculent devant rien pour réaliser leurs plans de domination mondiale.

Ce livre dévoile les dessous de la révolution de 1789, et des différentes révolutions du XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle ; ainsi que les dessous des deux premières guerres mondiales.

Par ailleurs, cet ouvrage nous montre que les Banquiers cosmopolites, ont depuis fort longtemps envisagé de préparer une troisième guerre mondiale, qui leur permettra enfin de mettre en place leur dictature mondiale, sur les ruines des nations.

L’auteur insiste fort, dans cet ouvrage, sur la doctrine luciférienne professée par ces initiés supérieurs qui ont par deux fois déjà, conduit les principales nations à s’entretuer aux cours de guerres sanglantes.

 

Jean de Saint-Herbot

 

Disponible aux Editions Saint-Rémi

22/11/2010

L’Affaire Diana Vaughan – Léo Taxil au scanner

(Athirsata, Editions Sources Retrouvées)

 

 

 

 

promo_253694.jpgEn 2002, Athirsata publie un ouvrage passant en revue objectivement « l’Affaire Diana Vaughan et Léo Taxil », afin de remettre les pendules à l’heure et de décrire ce qui s’était réellement passé.

 

Au terme de cet ouvrage, l’auteur va conclure à l’existence de Diana Vaughan, grande prêtresse luciférienne convertie, et par là même à l’existence de la haute maçonnerie luciférienne.

 

Ce livre est courageux, car depuis le retournement de Léo Taxil, pendant la célèbre conférence du 19 avril 1897, la plupart des auteurs catholiques n’ont plus osé étudier cette maçonnerie supérieure de peur du ridicule.

 

Cependant, il ne faudrait pas croire que tous les anti-maçons de l’époque aient accepté la théorie présentée par Léo Taxil à partir du 19 avril 1897, théorie prétendant que la haute maçonnerie luciférienne et Diana Vaughan, ont été purement et simplement inventées dans le but de mystifier les catholiques et de ridiculiser le combat antimaçonnique.

Ainsi, suite au retournement de Léo Taxil, l’Abbé de Bessonies dans la « Franc-maçonnerie démasquée », le Chanoine Mustel dans la « Revue catholique de Coutances », Abel Clarin de La Rive dans la « France chrétienne antimaçonnique » et l’Abbé de La Tour de Noé, dans sa brochure « La Vérité sur Diana Vaughan la sainte et Léo Taxil le tartuffe », vont démontrer l’existence de la haute maçonnerie luciférienne en se basant sur la vérification rigoureuse des faits présentés dans les ouvrages de Léo Taxil et du Docteur Bataille.

 

Cependant, ces auteurs vont prêcher dans le désert.

 

Il faudra attendre les années 30 pour que Mgr Jouin, le Père Pègues et Emmanuel Bon, ayant retrouvé de nombreux documents, vont refaire le point et prouver dans la Revue Internationale des Sociétés Secrètes (RISS), l’existence de Diana Vaughan et de la haute maçonnerie luciférienne.

 

En 1984, le Marquis de La Franquerie, dans son ouvrage resté hors commerce, « Lucifer et le Pouvoir Occulte »[1], va confirmer cela en apportant de nouvelles preuves.

 

Cette thèse est d’ailleurs confirmée aussi par la bergère de la Salette Mélanie Calvat[2], lors d’un entretien avec l’Abbé Combe, entretien relaté dans son journal:

 

« - Mais pouvez-vous dire qu’on a changé Léo Taxil ? Pouvez-vous dire que les méchancetés des catholiques sont cause qu’il est retourné à la Franc-maçonnerie ? Comment ne voyez-vous pas qu’il s’est toujours moqué des catholiques ? Lui-même l’a dit en 1897, quand on le somma de produire sa Diana Vaughan, il leur a ri au nez.

- Diana Vaughan, mon Père, n’est pas un mythe. La courageuse femme qui avait confiance en lui, ne sachant pas qu’il était redevenu mauvais, se rendit réellement à Paris, et il la livra.

- Qu’est-ce que vous me racontez ! Vous l’avez vu la livrer ?

- Oui, mon Père. La nuit il est allé la chercher à la gare ; en route il lui dit : « J’ai des précautions à vous indiquer, entrons dans cette maison. » Quand elle mit le pied dans la première chambre à gauche, elle tomba dans une trappe.

- Alors, c’est plus qu’une fripouille, c’est un assassin !

- Il ne l’a pas assassinée. Il fut payé pour la livrer, et on lui avait dit qu’on se contenterait de l’emprisonner.

- S’est-on borné à la séquestrer ?

- Les palladistes l’ont fait souffrir, ô ! Combien, mais celle-là n’apostasiera pas !

- Vous avez vu tout cela ?

- Je l’ai vu se faire. »[3]

 

Athirsata signe donc ici un ouvrage de près de 500 pages,  copieusement documenté, pour confirmer l’existence de Diana Vaughan et de la haute maçonnerie luciférienne.

Certains sont peut-être sceptiques, mais il est néanmoins nécessaire de lire cet ouvrage, et non pas de rejeter en bloc son contenu avant même de l’avoir lu.

 

Nous pouvons pour finir, méditer cette citation de Mgr Jouin : «  Et de même que le Christ, chef invisible de l’Eglise catholique, est représenté visiblement ici-bas, par le Pape, de même j’estime que Satan, chef invisible de l’armée du mal  ne commande à ses soldats que par des hommes, ses suppôts, ses âmes damnées, si vous voulez – toujours libres cependant de se soustraire à ses ordres et à ses inspirations. Quand à ce pouvoir, plus ou moins occulte de la Maçonnerie et des Sociétés secrètes qui poursuivent le même but, il existe par la simple raison qu’il n’y a pas de corps sans tête, point de peuple sans pouvoir public.

 

L’axiome romain : Tolle unum, est turba ; adde unum, est populus (unum caput) a ici sa pleine application. Sans un pouvoir directeur, la Maçonnerie serait une foule plus ou moins affolée par quelques idées subversives, mais qui se désagrégerait d’elle-même, au lieu d’être la maîtresse du monde … »

 

Jean de Saint-Herbot

 

  

 

Disponible aux Editions Sources Retrouvées, http://sourcesretrouvees.free.fr/



[1] Réédité par les Editions Saint-Rémi

[2] Mélanie Calvat avait reçu le don de voir les évènements.

[3] Abbé Combe, «  Journal », Editions Téqui, page 178

08/11/2010

Mœurs et Pratiques des Démons

(Gougenot des Mousseaux, Cercle Edouard Drumont)

 

detail.jpgLe XIXème siècle a connu une résurgence fort importante d’une pratique ancienne : le spiritisme.

Il était en effet devenu courant, à partir de 1850 d’évoquer les esprits, notamment par le biais des tables « parlantes ».

Ces pratiques sont cependant très dangereuses, car les esprits évoqués sont en réalité des démons.

Le Chevalier Gougenot des Mousseaux va retracer l’intervention des démons au cours de l’histoire, en mettant en évidence leurs moyens d’agir et leurs méthodes habituelles pour tromper les humains et corrompre leurs âmes.

Le matérialisme ambiant du XXème siècle occulte cette question de l’existence et de l’action des démons dans le monde.

C’est un tort, car, contrairement à ce que prétendent certains modernistes, les démons existent et n’ont de cesse d’entraîner les âmes vers la damnation éternelle.

Un sujet fondamental qui devrait être médité par tout catholique.

 

Jean de Saint-Herbot

 

Disponible au Cercle Edouard Drumont

 

 

Ouvrage réédité aussi par les Editions Saint-Rémi

 

G2-84519-635-0.jpg