Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

Intra muros

(Pierre-Antoine COUSTEAU, éditions Via Romana)


Intra muros

  Incarcéré à Fresnes le 12 janvier 1946, Pierre-Antoine Cousteau ne retrouve la liberté que le 18 juillet 1953, et son premier acte d’homme libre est d’aller fleurir la tombe de sa maman disparue, à Saint-André-de-Cubzac.
   Mais quelle est donc sa vie de captif, durant ces 17 mois à Fresnes dont 141 jours aux chaînes, et 7 ans à Clairvaux et Eysses ? Le journal inédit publié ici, soixante ans après sa mort prématurée à 52 ans de suites d’un cancer lié à sa détention, dévoile le rude quotidien du journaliste et de ses compagnons d’infortune, resté droit dans ses bottes et attentif au monde extérieur.
   Devenu l’intime de Lucien Rebatet, l’ancien rédacteur en chef de Je suis partout lit et écrit. Il lit énormément et exprime son bonheur à découvrir Proust, Rivarol, Aymé, Wilde, Shaw, Huxley, Nietzsche, France, Dostoïevski, Machiavel, Hemingway, Anouilh, Laurent, Mohrt, Koestler, etc., et écrit plus encore, « il écrit plus librement qu’il n’eût pu le faire en homme libre » : ses réflexions devant la mort, Dieu, les religions, la démocratie, la poésie, la littérature, le bagne, la fidélité à ses engagements, et son pessimisme souriant se retrouvent aussi en des pensées et aphorismes où se concentre son regard sur la vie.
   Il écrit ce qu’il est. Le résultat, outre ses lettres à son épouse Fernande et à son frère le célèbre commandant Cousteau, c’est ce journal, Intra muros, qui n’est de fait pas un journal comme les autres mais une chronique de huit ans d’éditoriaux du plus haut intérêt. Une comédie humaine sans concession pour ses contemporains, juges, politiques, écrivains et journalistes, acteurs ou témoins de l’effondrement de l’Occident moderne.
   Frère du commandant Jacques-Yves Cousteau, Pierre-Antoine Cousteau (1906-1958) est un journaliste et écrivain dont Jean Galtier-Boissière dit qu’il fut « le plus brillant de sa génération ».

Disponible à la SA DPF

19:52 | 19:52 | 19:52 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent

LA SUBVERSION SEXUELLE NÉE DES RAPPORTS KINSEY.

LA SUBVERSION SEXUELLE
LA SUBVERSION SEXUELLE NÉE DES RAPPORTS KINSEY. Comment un savant fou isolé a soumis l’Amérique à une épidémie de corruption.
J. Reisman. Traduction de F. Thouvenin, préface de M. Sigaut - Éditions Saint Rémi (2017, 450 p. 20 €)



Avertissons tout de suite nos lecteurs : ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Cet avertissement est donné par l’éditeur lui-même, avant la dédicace adressée en particulier au juge Scalla, membre de la Cour Suprême et la préface de Marion Sigaut. « Cette étude extrêmement documentée est un admirable réquisitoire inattaquable contre un des hommes les plus pervers de l’histoire de l’humanité[1], l’ignoble Alfred Kinsey ». Un nombre impressionnant de qualificatifs tels que "pornographe", "pédéraste", "pédophile" tentent d’en montrer les facettes… Nous invitons avec insistance cependant nos lecteurs à lire ce livre ; il faut faire connaître la réalité de ce personnage qui est, malheureusement encore, une référence dans le domaine controversé de la sexologie. Une fois encore, la France est en retard d’une dizaine d’années au moins par rapport aux États-Unis où les yeux se sont décillés.
 
La lecture attentive et l’annotation de ces 450 pages permettent de comprendre l’excellent aperçu du contenu donné en quatrième de couverture.
Ce livre démontre de fait la mise en pratique de ce qui avait été prévu dans les loges maçonniques, comme le rapportait Mgr Delassus[2] (1836-1921) dans son célèbre ouvrage La conjuration antichrétienne[3] : "Le catholicisme n’a pas plus peur d’un stylet bien acéré que la monarchie ; mais ces deux bases de l’ordre social peuvent crouler sous la corruption… Il est décidé dans nos conseils que nous ne voulons plus de chrétiens, ne faisons donc pas des martyrs[4], mais popularisons le vice dans les multitudes… Faites des cœurs vicieux et vous n’aurez plus de catholiques." 
 
Un projet secret élaboré par plusieurs personnes contre une autre ou contre une institution a pour nom 'complot', selon le dictionnaire. C’est donc bien d’un complot dont il s’agit, qui n’est qu’une facette de l’idéologie mondialiste, cornaquée entre autres par la Rockefeller Foundation[5]. Comme dans bien d’autres domaines (réchauffement climatique, par exemple), des études truquées affublées du nom de scientifiques sont mises en avant pour servir la cause et pervertir la planète.
 
Le sous-titre évoque un savant fou isolé. Cet immonde pervers n’était pas si "fou" dans sa dépravation ; ce n’est pas la folie qui permet de construire, présenter et faire accepter de telles thèses ; d’enrôler tant de monde sous sa bannière, jusqu’à sa propre femme, souffre-douleur de toutes les "parties" continuellement organisées telle une occupation régulière. Et si  "isolé" il fut, cela ne dura pas très longtemps ; ses accointances avec les nazis pendant la guerre n’ont en rien pesé en sa défaveur face au succès de l’entreprise de perversion menée après la deuxième guerre mondiale, devenu alors l’oracle des États-Unis, donc du monde.
 
Il faut du courage pour aborder les détails de cette pathologie infectieuse comme une épidémie de longue durée dont nous n’avons pas fini de voir les effets. Homosexualité, sodomie, pédo-agressions, subversion psychologique et infiltration dans les écoles et dans la justice, industrie du sexe, propagande pour l’avortement, tout cela sur la base de fraude scientifique, puisque les fameuses données  statistiques "Kinsey" étaient établies à partir de personnes déjà sexuellement "perturbées" ou conditionnées et forcées. Tout cela financé par l’ONU.
 
Le contraste est frappant entre l’image décrivant de façon un peu irénique un peuple « où étaient conservées intactes les valeurs religieuses et morales - Dieu, patrie, famille[6] - avant la deuxième guerre mondiale » et le résultat des campagnes Kinsey sur le comportement sexuel de l’homme (1948) et de la femme (1953). Ainsi les campagnes de dénigrement de la fidélité conjugale, en faisant naître des soupçons auprès des soldats éloignés de leur foyer, ont été efficaces. « Calomniez, il en restera toujours quelque chose » écrivait Francis Bacon en 1623.
 
Le chapitre XV redonne espoir : oui, le rétablissement est possible, même à l’aide de la science, mais avec conscience.
 
Remercions F. Thouvenin d’avoir mis à la portée des francophones cette étude très complète, avec des tableaux, des statistiques et même une pétition auprès des législateurs américains. Merci aussi au témoignage poignant de Marion Sigaut qui démontre que cela ne se passait pas à plus de 6 h de fuseau horaire de chez nous.
JDS
 


[1] C’est nous qui soulignons.
[2] Nous recommandons particulièrement cet auteur anti-franc-maçon, de même que les ouvrages de l’abbé Barruel et de Crétineau-Joly.
[3] Mgr Delassus - La conjuration antichrétienne (tome 2 p. 383), citant la correspondance entre deux initiés de sectes.
[4]  Allusion à la phrase de Tertullien : « Le sang des martyrs semence de chrétiens ».
[5] Fondation très active dans la naissance du GIEC pour la campagne du réchauffement climatique. Voir les brochures de J. de Sablet à l’AFS
[6] La famille étant la première société devrait venir avant la patrie.


Action Familiale et Scolaire
38, avenue Niel
BP 80833 - 75828 Paris Cedex 17
site : www.afs.viabloga.com 
Tel : 00 33 (0)1 46 22 33 32 
 

19:32 | 19:32 | 19:32 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent