Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

Intra muros

(Pierre-Antoine COUSTEAU, éditions Via Romana)


Intra muros

  Incarcéré à Fresnes le 12 janvier 1946, Pierre-Antoine Cousteau ne retrouve la liberté que le 18 juillet 1953, et son premier acte d’homme libre est d’aller fleurir la tombe de sa maman disparue, à Saint-André-de-Cubzac.
   Mais quelle est donc sa vie de captif, durant ces 17 mois à Fresnes dont 141 jours aux chaînes, et 7 ans à Clairvaux et Eysses ? Le journal inédit publié ici, soixante ans après sa mort prématurée à 52 ans de suites d’un cancer lié à sa détention, dévoile le rude quotidien du journaliste et de ses compagnons d’infortune, resté droit dans ses bottes et attentif au monde extérieur.
   Devenu l’intime de Lucien Rebatet, l’ancien rédacteur en chef de Je suis partout lit et écrit. Il lit énormément et exprime son bonheur à découvrir Proust, Rivarol, Aymé, Wilde, Shaw, Huxley, Nietzsche, France, Dostoïevski, Machiavel, Hemingway, Anouilh, Laurent, Mohrt, Koestler, etc., et écrit plus encore, « il écrit plus librement qu’il n’eût pu le faire en homme libre » : ses réflexions devant la mort, Dieu, les religions, la démocratie, la poésie, la littérature, le bagne, la fidélité à ses engagements, et son pessimisme souriant se retrouvent aussi en des pensées et aphorismes où se concentre son regard sur la vie.
   Il écrit ce qu’il est. Le résultat, outre ses lettres à son épouse Fernande et à son frère le célèbre commandant Cousteau, c’est ce journal, Intra muros, qui n’est de fait pas un journal comme les autres mais une chronique de huit ans d’éditoriaux du plus haut intérêt. Une comédie humaine sans concession pour ses contemporains, juges, politiques, écrivains et journalistes, acteurs ou témoins de l’effondrement de l’Occident moderne.
   Frère du commandant Jacques-Yves Cousteau, Pierre-Antoine Cousteau (1906-1958) est un journaliste et écrivain dont Jean Galtier-Boissière dit qu’il fut « le plus brillant de sa génération ».

Disponible à la SA DPF

19:52 | 19:52 | 19:52 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent

Écrire un commentaire