Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2017

Œuvre critique VII - Théâtre contemporain

(Jules Amédée BARBEY D'AUREVILLY, Editions Les Belles Lettres)

Œuvre critique VII
Sous la direction de : Pierre GLAUDES, Catherine MAYAUX, Introduction et notes de : Caroline SIDI, Texte établi par : Pascale ALEXANDRE-BERGUES, Maryze BAZAUD

« Sa plume éblouissante rase tout sur son passage. »
(Le Figaro)
Présentation
À la fin du dix-huitième siècle, Louis-Sébastien Mercier écrivait : « Je ressens une véritable joie en voyant la poésie dramatique, le plus séduisant et le plus ingénieux des arts d’imitation, universellement répandu, universellement estimé. C’est le plus précieux héritage que nous aient transmis les anciens. […] on peut appeler le théâtre le chef-d’œuvre de la société ». Un siècle plus tard, Barbey d’Aurevilly déclare : « Selon moi, c’est un art fini […] qui a dépassé son zénith et qui descend l’autre côté de la courbe qu’il a montée ». Des premières pages du recueil aux ultimes feuilletons, Barbey, nouveau Cassandre du théâtre, n’en finit pas de sonner à grandes volées « l’agonie » de l’art dramatique. Revenant d’un bout à l’autre du recueil avec l’obstination d’une sombre antienne, la petite musique aurevillienne de la décadence dramatique forme le véritable fil des cinq volumes du Théâtre contemporain : chaque nouveau feuilleton retentit comme un nouveau coup de glas et vient enfoncer un clou supplémentaire dans le cercueil d’un art dramatique mal en point.


Pourtant, Barbey n’en devient jamais ni doctrinaire, ni puritain, ni moraliste quand il en vient aux plaisirs du théâtre et de la danse. Son jugement critique demeure sensible à la beauté des jeunes danseuses et comédiennes qui ont l’œil peu farouche et la jambe « dictatrice » ; il ne demande qu’à rire à la façon de Molière. Ce qui manque décidément à ce théâtre contemporain, c’est de quoi susciter l’émotion : de l’audace, de l’invention, de la verve. Or pour exalter cela, Barbey s’avère être un maître inflexible, un juge éclatant et un témoin tapageur.
Table des matières
Avertissement


Introduction, par Caroline Sidi
Notice
Préface de Barbey d’Aurevilly

Chroniques 1866 (chapitres I à V)
1867 (chapitres VI à XII)
1868 (chapitres XIII à XLVIII)
1869 (chapitres XLIX à LXXIV)
1870 (chapitres LXXV à CI)
1872 (chapitres CII à CIV)
1879 (chapitres CV à CVIII)
1880 (chapitres CIX à CXIII)
1881 (chapitres CXIV à CLXII)
1882 (chapitres CLXIII à CLXVI)
1883 (chapitres CLXVII et CLXVIII)

Annexes
Préface de Lucien Descaves
Dédicaces de Barbey d’Aurevilly :
de Th. I
de Th. II
de Th. III

Index
des noms de personnes
des personnages
des œuvres
des revues et journaux
des lieux et institutions
 
 
Disponible à la SA DPF

 
 

11:52 | 11:52 | 11:52 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent

Écrire un commentaire