Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2014

Un an de pontificat : bilan

 

 
 
 
 
par Alexandre MARIE
Élu le 13 mars 2013, quel bilan peut-on tirer de la première année
de pontificat du pape François ?
 
   « Après le concile Vatican II, l'Église est entrée dans le domaine de l'étrange.
   « Étrange fut le Concile, car il n'a pas voulu être comme les conciles précédents un concile dogmatique, mais un concile pastoral. Refusant de définir des dogmes, il n'a pas bénéficié de l'infaillibilité. Ses enseignements sont une suite de longs sermons étranges et ennuyeux. Il faut connaître l'histoire du Concile pour voir comment ce fut l'occasion pour une minorité soutenue par les papes conciliaires d'imposer à l'Église une "nouvelle théologie". Le but étant d'adapter l'Église au monde moderne issu de la Révolution et inspiré par la franc-maçonnerie.
   « Les deux premiers papes postconciliaires (si l'on excepte l'éphémère pape Jean-Paul Ier) se sont occupés de propager cette doctrine conciliaire. Cela a donné l'étrange théologie de Jean-Paul II analysée par le professeur Johannes Dörmann, puis l'étrange théologie de Benoît XVI décrite par Mgr Tissier de Mallerais
 
(Extraits de la préface du R.P. Perre-Marie O.P.)
 
 L'ouvrage est suivi d'un article du R.P. Emmanuel-Marie O.P. :
« Les fausses lumières d'une foi dénaturée. Réflexions sur l'encyclique Lumen Fidei ».
Quel bilan après une année ?
 
 
     Suite à la reconnaissance d'un « miracle » de guérison, pourtant contesté par les médecins ayant témoigné pendant le procès informatif, Mère Teresa était béatifiée le 19 octobre 2003 par le pape Jean-Paul II… Mère Teresa : vraie ou fausse charité ? À la lumière de la théologie traditionnelle, et en examinant le détail de sa vie, de ses déclarations et de ses écrits, le frère Marie-Dominique o.p. montre un autre visage de cette « icône » du XXe siècle.
     Mgr Louis-Gaston de Ségur (1820-1881) est le fils aîné de la femme de lettres bien connue, la Comtesse de Ségur.
     Nous voudrions évoquer dans ces quelques pages cette sympathique figure du catholicisme français au XXe siècle, Louis-Gaston de Ségur (1820-1881). Nous nous attacherons surtout au combat du prélat pour la défense de l'Église vis-à-vis de ses ennemis, extérieurs et intérieurs. Ce fut le contact avec Rome, la Rome éternelle, qui l'orienta dans cette direction.
 
 
 
 



   




13:08 | 13:08 | 13:08 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.