Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2013

Lettre d'information de Chiré



 
 
« Demain, au rythme infernal des évolutions sociétales et avec la suppression des barrières morales, certains esprits pervers ou maçonnico-démoniaques exigeront le mariage avec des mineurs, la polygamie ou tout autre pseudo-mariage dévoyé. Dans ces conditions, que signifie encore la notion de mariage civil, union contractée entre un homme et une femme majeurs comme le précise l'article 144 du code civil ? L'article 212 du même code rappelle que « les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance » et l'article 213 précise que « les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille, ils pourvoient à l'éducation des enfants et préparent leur avenir ». Nous sommes, aujourd'hui, à des années-lumière de ce projet de vie commune, de ce mariage classique qui avait résisté, bon an mal an, aux évolutions et mutations de la société française. » (Olivier DESTOUCHES) (lire l'article…)
 
Pour approfondir le sujet
 
 
 
 
 
« L’insurrection, pour faire bref, est le résultat de plusieurs causes qui s’interpénètrent, se complètent et s'enchaînent. Parmi les causes matérielles, on trouve : les impôts trop lourds, la vente des biens nationaux aux bourgeois des villes, la perte de privilèges anciens (pour les « marches » de Bretagne par exemple). Mais les raisons principales, évoquées partout, sont les bouleversements apportés par la Constitution civile du clergé qui entendait régir l’Eglise de France. Les premiers troubles apparurent avec l’installation par la force de curés « jureurs » dans les paroisses. Or les populations de cette région avaient une « piété forte, régulière, communautaire ». Ils étaient très proches de leurs prêtres. (…)
« Au début, les mots d’ordres paysans sont simples : ils refusent de partir se battre pour la République aux frontières et ils demandent le retour des « bons prêtres ». Ils choisirent leurs premiers chefs parmi les artisans ou les paysans puis allèrent chercher ceux qui avaient été officiers : les nobles revenus dans leur domaine suite au bouleversement révolutionnaire. Pendant les premières semaines, ces troupes improvisées allaient voler de succès en succès. L’épopée commençait. » (Extrait de l'entretien avec Henri Servien) (lire l'entretien…)
 
Pour approfondir le sujet
 
 
 
Le conseil de votre libraire
 
Pour célébrer le centenaire de la naissance (1913) et le quarantième anniversaire de la mort (1973) de ce grand philosophe, les Editions de Chiré vous invitent à redécouvrir le cours de Louis Jugnet, professé il y a près de cinquante ans à l'Institut d'Etudes Politiques de Toulouse.
A travers une vingtaine de leçons, le maître nous fait connaître les systèmes de pensée principaux, des premiers philosophes de l'Antiquité aux débuts du XXe siècle. Jugnet a consacré dans ce cours deux longs chapitres à Maurras et au marxisme-léninisme.
 
Interroger l'islam. Eléments pour le dialogue islamo-chrétien
Préface de Mgr Bernardini, évêque émérite de Smyrne.
L'Abbé Guy Pagès, ayant notamment vécu et évangélisé en République islamique de Djibouti, vous offre cet ouvrage bâti comme un inventaire de réponses à apporter par la raison et la Foi aux principales affirmations de l'apologétique musulmane. «  Cette belle étude ... offre aux fidèles chrétiens les armes d’une exacte connaissance de la doctrine chrétienne et un exposé tout aussi exact de l’islam, par la référence constante aux textes fondateurs eux-mêmes » (Mgr Bernardini). COMMANDER CE LIVRE

08:24 | 08:24 | 08:24 | | | | Lien permanent | Lien permanent | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.