Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2012

TUMULTE A POITIERS AUTOUR DE LA PIECE DE CASTELLUCCI

 

 

« Sur le concept du visage du fils de Dieu »

la scène des enfants interdite par la Préfecture !

 

 

La pièce blasphématoire était programmée pour les 20 et 21 novembre au Théâtre de Poitiers.

Début octobre l’Association Sainte Jeanne d’Arc de Poitiers avait fait part à M. le Maire de son indignation et lui demandait de prendre les mesures nécessaires à la protection de l’ordre public. L’Association appelait Mgr Wintzer, Archevêque de Poitiers, à s’associer à cette demande.

Mgr Wintzer, fidèle à l’opinion qu’il avait exprimée en novembre 2011 dans le cadre de la Commission Foi et Culture – Conférence des Evêques de France répondit « J’ai du mal à partager le jugement que vous portez sur ce spectacle ».

Quant au Maire (socialiste)  il invoqua le fait qu’il n’avait pas vocation à se prononcer sur tel ou tel spectacle et se réfugiait derrière l’opinion de Mgr Wintzer sur l’importance d’un dialogue fécond entre l’Eglise et la Culture.

Avertis, par on ne sait quelle voie, de la réponse du Maire,  les journaux s’emparèrent du sujet ;  chacun y allant de sa pleine page et de titres sur 3 colonnes à la une. Interrogés, les responsables de l’Association laissaient planer le doute sur la nature de leur action, les journaux se chargeant d’en assurer la propagande. Bien entendu les mouvements de gauche unis aux associations gays, lesbiennes … appelèrent leurs militants à « se mobiliser pour ne pas leur laisser la moindre bouffée d’oxygène, la moindre possibilité de manifester en toute tranquillité sur la voie publique ».

Tant et si bien que le soir de la première représentation, le quartier du Théâtre fut bouclé par d’importantes forces de police. Quant aux quelques spectateurs (pourtant attirés par des places à 3,50 euros) ils étaient privés d’ascenseurs, contrôlés à l’entrée et priés de  déposer leurs manteaux et bouteilles aux vestiaires. Sur le parvis 80 braillards lançaient leurs slogans habituels en attendant l’arrivée des « fascistes » … qui ne vinrent pas.

Comme il l’avait été annoncé sur les tracts distribués les jours précédents les catholiques étaient réunis nombreux à la Chapelle de l’Immaculée Conception (Fraternité de la Transfiguration – Mérigny) pour une veillée de prières réparatrices.

Poitiers restait calme à l’extérieur du théâtre mais à l’intérieur c’était la tempête ainsi que le rapporte France 3 Poitou Charentes : «  En effet, pour la première fois au monde, la pièce a été amputée d'une partie de son contenu en raison d'une décision préfectorale. La Préfecture de la Vienne a en effet refusé la participation des enfants à l'une des scènes de la pièce. Selon le metteur scène qui s'est exprimé dans un communiqué, dans cette scène "une (sic.) groupe d'enfants entre en scène avec des sacs à dos et en vide le contenu composé de grenades-jouets. Ils les lancent ensuite contre le grand portrait du Salvator Mundi de Antonello de Messine". "C'est une forme de prière "ajoute Roméo Castellucci.

Les acteurs et le metteur en scène ont hésité à donner la représentation dans ces conditions mais finalement la pièce a été jouée "en signe de protestation" et pour ne pas donner raison aux opposants précise Castellucci. »

A la télévision sa représentante, outrée, criait sa crainte de voir cette décision créer un précédent !

Et le lendemain, pour la seconde représentation le même scénario fut rejoué à l’intérieur du Théâtre comme à l’extérieur pendant que les catholiques étaient à nouveau réunis dans la prière.

Les commentaires sont fermés.