Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2011

La chaussée des géants

 


 (Pierre Benoit, Le Livre de Poche)

 

images.jpgSous ce titre sibyllin, désignant une formation volcanique située sur la côte d'Irlande du Nord, se cache le cinquième roman de Pierre Benoit.

Publié pour la première fois en 1922, ce récit à la première personne nous raconte comment, au cours de la première guerre mondiale, François Gérard, blessé lors de la bataille de la Guise se trouve confondu avec son homonyme Ferdinand  Gérard, éminent professeur au Collège de France. Cette méprise va le conduire à s’embarquer pour l’Irlande  afin d’être un témoin de l’insurrection qui s’y prépare. Il accepte de jouer le jeu moins pour la cause de l’Irlande  libre que pour retrouver la pétillante comtesse Antiope, une amie d’enfance qui est promise à un rôle clé dans ce soulèvement.  

L’auteur de L’Atlantide nous livre ici un roman historique mêlant des personnages principaux fictifs à d’autres ayant réellement existés avec comme toile de fond l’insurrection de Dublin de Pâques 1916.

Du côté romanesque, on retrouve le mélange d’aventure et  de romance cher à l’auteur qui, ici, est hélas mal dosé. En effet si l’aventure nous réserve certaines surprises, elle est gâchée par une histoire d’amour contrarié qui frise parfois le ridicule tant elle est mal conduite.

Du point de vue historique on apprend des choses sur la préparation, le déroulement et le dénouement des « Pâques sanglantes » mais ce côté instructif est occulté par un fond légendaire qui, s’il augmente peut être l’héroïsme, diminue d’autant le réalisme.

En résumé, cette oeuvre n’est certainement pas la meilleure de l’académicien à laquelle on préférera Kœnigsmark, l ’Atlantide ou encore Mademoiselle de La Ferté. Toutefois le style reste agréable et on retrouve l’atmosphère si particulière des romans de Pierre Benoit.

 

 

Paul d'Or 

Les commentaires sont fermés.