Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2010

Histoire des Barbaresques

(Laurent Lagartempe, Editions de Paris)


Histoire-des-barbaresques.jpg Les barbaresques, ce sont ces pirates musulmans qui, pendant dix siècles, ont écumé la Méditerranée et ses rives à la recherche du butin et, plus encore, d’esclaves chrétiens. Laurent Lagartempe a entrepris d’écrire leur histoire, mais son dessein est en fait beaucoup plus vaste.
Pour le suivre, il faut remonter à l’époque paléolithique, celle de la pierre taillée où les petites communautés humaines vivaient de la cueillette et de la chasse. Une chasse qui a pu entraîner certaines d’entres elles, en période post-glaciaire, à poursuivre les rennes à travers l’Europe et l’Asie.
Le néolithique (la pierre polie) voit la naissance de l’agriculture. Dès lors, une partie des hommes, dans des zones favorables, se fixent à demeure sur leurs champs, puis créent peu à peu des villes et des États. On voit ainsi naître des civilisations en Mésopotamie et en Égypte. Des civilisations qui, enrichies de l’apport grec, gagneront tout le pourtour de la Méditerranée.
D’autres hommes ont conservé l’ancien mode de vie, fort amélioré, il est vrai, par la découverte de l’élevage. Ces peuples, devenus nomades à la recherche de pâturages, peuples que Lagartempe appelle les “prédateurs”, ne cesseront pas d’attaquer, pour s’approprier leurs richesses, les peuples stabilisés que l’auteur appelle les “producteurs”.
C’est dans l’esprit de ces prédateurs que les musulmans envahiront des parties de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe. Leurs prédations dureront mille ans (à supposer que cette période soit terminée). Elles leur auront été facilitées, voire ordonnées, par l’islam dont Lagartempe montre les aspects destructeurs et totalitaires.

Daniel Raffard de Brienne

(Renaissance catholique, n° 88, août-octobre 2005)

Disponible aux Editions de Paris

Les commentaires sont fermés.